• Accueil
  • > Recherche : blog jacques ferchaud
( 18 mai, 2019 )

A la recherche du Jamon Bellota 100 % Ibérico

048_1 047_1

J’ai passé une grande partie de ma vie entouré de cochons… et de cochonnes. Lorsque je dirigeais l’entreprise créée par mon père Maurice et mon oncle Robert qui avaient fait preuve d’une belle ambition en faisant naître Jacquel en 1955 (Jacques+Hélène) après une mise à l’étrier du grand-père Marc Ferchaud, nous ne voyions passer que des cochons blancs. J’en ai fait le tour (un tour de cochon, ha, ha) et je me passionne pour les cochons noirs, les fameux pata negra, et pour ne pas mourir idiot (…) j’ai eu envie de partir sur ses terres et les dehesas d’Extremadure entre Caceres et Badajoz afin de discuter le bout de gras. 

Et bien vous allez rire, je n’ai pas vu un seul cochon sous les chênes en train de bouffer les fameux glands, les bellotas, d’où le nom de cette qualité de porcs qui en consomment presque toute leur vie ou seulement quelques mois. J’en ai pourtant fait des kilomètres au milieu de nulle part avec une voiture qui n’a rien d’un 4X4  mais qui a fait semblant… Il y longtemps, dans une autre vie, j’avais chassé dans le coin avec mes amis de la famille Demay, j’ai même effectué une espèce de pèlerinage à Oropesa, là où j’ai vécu des moments magiques; en particulier ce soir où avec mon copain Jean-Jacques Grouhel nous rangions nos fusils dans la voiture à 18 heures tapantes , heure de fermeture de la chasse quotidienne. 5 ou 10 minutes après nous nous sommes retrouvés au centre d’un véritable repaire de palombes, toutes celles qui nous avaient nargués au dessus des Pyrénées où au cours de la journée étaient là, comme par miracle. Des milliers, des centaines de milliers, des millions peut-être d’oiseaux bleus se posaient par vagues comme des étourneaux. Elles étaient nichées dans les arbres, se posaient pour bouffer des glands, recouvrant, après les arbres, la route entière. Nous sommes restés longtemps à contempler ce miracle que peu de chasseurs ni même de végétariens  avaient eu l’occasion  de voir, puis reprenant le volant et roulant tout doucement pour les laisser tranquilles, nous avons vécu un moment fabuleux, lorsque les palombes se levaient à  la lueur des phares de la bagnole pour se reposer juste derrière nous après notre passage. INCROYABLE mais vrai, seul Jean-Jacques peut en témoigner et après tout, tant mieux !

Je ne vais pas me lancer dans de grandes explications concernant les différentes qualités et caractéristiques du jambon ibérique, mais pour faire court, il existe 4 grands types de bellota : le bellota 100% ibérico, à l’étiquette noire, le top du top, le jambon bellota 50 % (moitié glands, moitié fourrage), à l’étiquette rouge, le bellota recebo et le bellota cebo, celui que l’on trouve le plus couramment dans les magasins et les assiettes de restaurants. Les étiquettes sont vertes et blanches. Je ne voulais pas me rendre dans une charcuterie ou une grande surface, sachant que je n’y trouverais pas mon Ibérico 100% bellota;  j’avais tout bon, le nom l’heure du rendez-vous, le patron m’attendait à l’adresse suivante: Poligono industrial Los Canos parc 222, Zafra, 06300 Badajoz.  Je quittais l’hôtel 2 heures avant, je n’avais pas peur d’attendre; le GPS de ma voiture faisait un peu la gueule en me laissant tourner comme une andouille (cochon un jour, cochon toujours).

Quand-même, au cas où,  je m’étais arrêté devant une fabrique de jambon  Eurojamon, où l’accueil glacial me donna envie de tout casser et où hélas, malgré la frime des bureaux et de la ridicule salle de vente, seul le cebo, le bas de gamme était en vedette. Au secours !

Me voici donc bien emmerdé, et je n’hésitais pas à stopper une voiture de mossos, la police du coin (il faut bien se faire plaisir de temps en temps, non) pour demander de l’aide. Ils sont été super cool, sauf que Zafra, c’est pas le nom d’un quartier de Badajoz, mais d’une ville située à 70 bornes sur la route de Séville, plus bas vers le sud. Je n’avais guère envie de descendre plus bas, nous avons essayé d’appeler la boîte au téléphone et n’ayant pas obtenu de réponse, je décidais de renoncer, d’autant plus que je n’avais désormais aucune chance d’être à l’heure pour le rendez-vous fixé à 11 h 30 pétantes. Dégoûté par cette succession d’actes manqués je repris la route vers Talavera de la Reina, en passant par Oropesa….

Heureusement, fidèle à mes amours, mon Pentax était sur le siège de ma voiturette et je me suis régalé, à l’aller, au retour et au cours de mes différentes étapes. Vous montez avec moi, je vous emmène en balade ? Vamos !

Zamora1

Zamora, c’est ici que ma quête du Graal a débutée.

Zamora2 Zamora6 Zamora12 Zamora13 Zamora14 Zamora15 Zamora17 Zamora18 Zamora19 Zamora26 Zamora27 Zamora28 Zamora32 Zamora33 Zamora34 Zamora36 Zamora37 Zamora40 Zamora46 Zamora48 Zamora60 Zamora61 Zamora65 Zamora69 Zamora70 Zamora71 Zamora78 Zamora79

Lundi, départ vers Caceres via Salamanca

C’est une des deux villes, avec Badajoz, capitales du Bellota en Extremadure.

Salamanque-Caceres_41 Salamanque-Caceres_28 Salamanque-Caceres_25 Salamanque-Caceres_23 Salamanque-Caceres_21 Salamanque-Caceres_20 Salamanque-Caceres_19 Salamanque-Caceres_17 Salamanque-Caceres_15 Salamanque-Caceres_10 Salamanque-Caceres_07 Salamanque-Caceres_03

Badajoz 

Salamanque-Caceres

091_1 092_1 093_1 095_1 101_1 CaceresàBadajoz CaceresàBadajoz_06 CaceresàBadajoz_09 CaceresàBadajoz_10 CaceresàBadajoz_11 CaceresàBadajoz_13 CaceresàBadajoz_15

 

 

 

Un petit tour à Elvas, au Portugal , à 12 km de mon hôtel Las Bovedas où j’ai eu droit à un superbe lever du soleil

Vers Talavera Vers Talavera_03

 

Bad-Elvas_37Bad-Elvas Bad-Elvas_04 Bad-Elvas_11 Bad-Elvas_19 Bad-Elvas_22 Bad-Elvas_25 Bad-Elvas_27 Bad-Elvas_28 Bad-Elvas_29 Bad-Elvas_30 Bad-Elvas_34  Bad-Elvas_48 Bad-Elvas_60 Bad-Elvas_61 Bad-Elvas_62

 

Le retour vers la France via Oropesa et son parador magnifique sans oublier de merveilleux souvenirs.

 

 

Vers Talavera_10 Vers Talavera_11 Vers Talavera_13 Vers Talavera_17 Vers Talavera_21 Vers Talavera_24 Vers Talavera_29 Vers Talavera_30 Vers Talavera_31 Vers Talavera_43 Vers Talavera_45 Vers Talavera_48 Vers Talavera_63 Vers Talavera_72 Vers Talavera_73

 

Quelques surprises et quelques émotions 

Faune1 Faune3 Faune4 Faune5 Faune6 Faune7 Faune8 Faune9 Faune10 Faune11 Faune13 Faune16 Faune17 Faune18 Faune19 Faune20

 

La morale de cette histoire est que je suis rassuré (en partie) car si je n’ai pas trouvé le fameux Bellota 100 % Ibérico c’est qu’il est rare, ce qui justifie son prix: le plus cher peut coûter jusqu’à 2000 € soit autour de 300 € le kg chez un tout petit producteur. Ce qui rendra la dégustation…. un jour, encore plus savoureuse. Après tout est-ce qu’on trouve du Pétrus à l’épicerie du coin ? Non, bien sûr, et ici aussi, il faut avoir « la carte » ! En tout cas quel formidable réseau routier en Espagne, et avec les autoroutes gratuites !

( 22 octobre, 2017 )

Je n’ai pas pris mon ticket pour visiter le château

1aaJF par GOVieuxFBBourdeilles036_1

Econome… ou radin, je n’ai pas eu envie de visiter le château de Bourdeilles ce dimanche. je me suis pourtant posé la question suivante : » Ai-je vraiment envie… et besoin de dépenser 8,30 € le prix du ticket d’entrée pour visiter ce site »?  Sachant que le seul but est de partager ces photos avec vous, de les publier sur le site de Caruso24 pour finalement faire de la pub au château, je me suis répondu : « non ! »  J’ai certainement manqué quelque chose, mais 8,3€, ça me faisait un peu mal aux seins. Il est vrai que depuis au moins 12 ans, le temps de ma collaboration avec Sud-Ouest, je ne suis pratiquement pas sorti, et j’ignore le prix d’une place de cinéma, de concert, de visite d’un monument, car , seul, c’est pas vraiment marrant…

Mais reprenons au début. Il est 10 heures 30, ce dimanche et je suis sur mon ordi, broyant du gris, et je sens que je vais me faire un de ces dimanches canapé à la con. Non, décidai-je alors, je bouge…ok mais où ? J’étale la carte de la région sur mon bureau, je ferme les yeux, je touille et je pose mon index, presque pile poil sur Ribérac. Voila mon vieux, le hasard a décidé, y’a plus qu’à. Je me demande alors si parmi mes rares amies, l’une d’elles aurait envie de m’accompagner, de se faire payer le restaurant… à l’aventure, je veux dire sans réservation, comme j’aime. J’ai bien un ou deux prénoms, mais faut arrêter de rêver pour plusieurs raisons: 1 Il est trop tard. 2 Mes amies ont toutes un mec, c’est normal car si je les apprécie, je ne peux pas être le seul. 3 Plus jeunes que moi, elles ont d’autres projets pour un dimanche. 4 Du même âge, elles ont déjà mis le couvert, servi l’apéro à leur chéri, accueilli les enfants ou les petits-enfants, pas question « d’abandonner son poste et ses devoirs ». 5 la prochaine fois je mettrai une annonce dans le Chasseur français, hé, hé. PS: vous pouvez envoyer votre candidature pour une prochaine balade à jacques.ferchaud@neuf.fr

Donc, c’est parti pour Ribérac, il me semble, en roulant que je suis déjà passé par là, lors de mes reportages pour Caruso24, mais je m’en fous. Je pense à mes amis Guillemette et Nardo qui sont partis au Canada en catastrophe, j’espère que tout va bien pour eux. Je pense aussi à la famille Fenech, les vaches, qui nous font rêver avec leur tour du monde en famille et leurs sensationnelles photos souvenir. Bon il faut savoir se contenter de ce qu’on a, et après tout c’est déjà pas mal… d’être encore vivant. Ca va pas durer éternellement… heureusement !

Alors j’ai ouvert les yeux et je me suis quand-même fait plaisir à Ribérac

013_1002_1 003_1 004_1 005_1 008_1 009_1 010_1

Ensuite direction Bourdeilles et son château… que je n’ai pas visité

062_1 060_1 056_1 053_1 050_1 049_1 048_1 034_1 033_1 047_1 045_1 041_1 040_1

Et puis, allez, soyons fous, je ne suis pas égoïste. J’ai trouvé un bien bel endroit pour les couples amoureux qui ont envie de respirer un peu, loin de la famille et des petits-enfants, les couples occasionnels (il y en a, paraît-il), illégitimes (pareil…), futurs mariés qui se testent, jeunes, vieux, hommes, femmes, hétéros, y’a pas de mal à se faire du bien… et place aux jeunes, snif, snif.

027_1 028_1 065_1 066_1

 

 

 

( 26 septembre, 2017 )

Allez, blog(ues) à part, (ha, ha) quelques infos locales !

bomale-vu-du-cielpjd2 JF par GOVieux

Message aux assos dyonisiennes et autres personnes dont l’histoire est susceptible d’intéresser les visiteurs sur mon blog et sur Facebook: si vous voulez faire passer une info et en attendant que mon remplaçant au poste de correspondant local de Saint-Denis et Sud-ouest ait été choisi, je vous propose de communiquer les infos que vous voudrez bien me donner en m’envoyant vos messages par mel à jacques.ferchaud@neuf.fr. Si la mairie me fait confiance, il se pourrait que je puisse partager la com, dernier Conseil municipal par exemple. Voici la page d’accueil de ce petit journal… en attendant le grand.

GO !
Inauguration du foyer d’accueil médicalisé pour adultes handicapés et de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes le Barail des Jais. Boulevard de la liberté à Saint-Denis-de-Pile  le jeudi 28 septembre, à 10 h 30

Jean-Luc Gleyze, président du Conseil départemental de la Gironde, inaugure le foyer d’accueil médicalisé (FAM) et l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) le Barail des Jais, en présence d’Edith Moncoucut, vice-présidente chargée de l’autonomie, du handicap et de la politique de l’âge, deMichelle Lacoste et Alain Marois, conseillers départementaux du canton du Nord Libournais, de Fabienne Fonteneau, maire de Saint-Denis-de-Pile, de Michel Galand, président du conseil de surveillance du centre hospitalier de Libourne, de Georges Fernandez, président de Logévie, de Philippe Buisson, président de la CALI.
Soucieux de favoriser l’autonomie des personnes dépendantes, et de permettre aux Girondins de trouver des structures adaptées, accueillantes et accessibles, le Département s’inscrit dans une démarche de développement de structures d’accueil pour personnes âgées dépendantes et personnes handicapées, encadrée par le schéma départemental d’organisation sociale et médico-sociale.

L’ouverture de l’EHPAD Barail des Jais à Saint-Denis-de-Pile, finalise la 3ème et dernière phase du projet de réhabilitation et de reconstruction des locaux de l’EHPADFondation Sabatié du Centre Hospitalier de Libourne, commencé depuis 2004 avec l’inauguration du pavillon Victor Schœlcher. A partir du 3 octobre 2017, la nouvelle structure accueillera 114 lits d’hébergement permanent et l’accueil de jour de 10 places. Cette nouvelle structure permet également de répondre aux exigences réglementaires relatives à la prise en charges des personnes âgées dépendantes. Toutes les chambres sont dotées de salle de bain individuelle, et respectent la surface (20 m²) et le confort requis par le nouveau cahier des charges des EHPAD (cf. décret du 26 août 2016).

Le 4 octobre prochain, le FAM pourra recevoir des personnes adultes handicapées psychiques : 50 places sont réparties de la manière suivante, 46 places d’hébergement permanent, dont 1 place d’hébergement temporaire et 1 place d’hébergement d’urgence, et 4 places d’accueil jour. Le foyer pourra également prendre en charge des personnes autistes ou apparentés autistes avec troubles envahissants.
Le foyer est doté de nombreux espaces verts offrant une qualité de vie agréable aux résidents.

Le Département finance la construction du FAM pour adultes handicapés et de l’EHPAD le Barail des Jais à hauteur de 20,49 millions d’euros.

Par ailleurs, chaque année, le Département finance le FAM à hauteur de 2 millions d’euros et l’EHPAD à hauteur de 2,24 millions d’euros en matière de dotation globale.

Casques Ehpad + fam_07 Ehpad + fam_13 Ehpad + fam_15

 

C’est bon pour la santé, c’est bon, bon ! 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, chaussures et texte

 

( 12 juillet, 2017 )

Merci pour vos messages

MarianneEssaouirapaella valenciana29 album 1 (78)

 

Un correspondant… canon ! Prêt pour de nouvelles aventures ! Je connais un endroit où je pourrai aller crier famine, s’il en reste ! Je partirai avec Marianne….

J’ai regroupé avec émotion les messages reçus ces dernières heures. Merci, merci, merci, j’ai été heureux de bosser avec vous et de mieux vous connaître. C’est plus agréable qu’un mot sur le recueil de condoléances, hi, hi. Comme ça, ça sera fait !

C’était le 14 juillet 2005, il avait débuté par un incendie. Jacques Ferchaud, correspondant depuis douze ans presque tout rond sur la commune de Saint-Denis-de-Pile, a décidé de tirer sa révérence. A 65 ans, près de 6000 articles rédigés depuis, il choisit de bénéficier d’une retraite plus que méritée. Lui qui est resté quasiment sept jours sur sept toute cette dernière décennie dans la cité dyonisienne aspire à voyager. Appareil photo en bandoulière, il compte s’offrir quelques escapades en Bretagne ou ailleurs. Toute l’équipe de « Sud-Ouest » lui souhaite un très bon vent, une nouvelle route pleine de découvertes et le remercie chaleureusement pour ses longues années d’une collaboration franche et attachante. Jean-Charles Galiacy, journaliste et chef d’agence de Libourne.

Salut Jacques ! Merci pour les photos de tes nouvelles aventures, j’espère qu’elles te porteront loin et te combleront de bons moments. La nouvelle de ton départ est arrivée très soudainement. Ces six ans que l’on se fréquente m’ont montré à quel point tu étais quelqu’un de loyal et de généreux, toujours prêt à rendre service et à porter haut les couleurs de Sud Ouest. La surprise passée, ce sont les regrets de te voir partir qui prennent le dessus. Même s’il est vrai que tu as bien mérité d’entamer ta nouvelle vie d’explorateur ! Nous attendons avec impatience les prochains épisodes. Quand tu pourras, il faudra que tu viennes prendre le temps de manger ou de boire un pot avec nous à l’agence ! A très bientôt j’espère, sur St Denis ou ailleurs… La biz.  Sylvain Petijean Journaliste Sud-Ouest Libourne

Bravo pour ton travail et merci pour tout. On ne peut pas dire qu’on a manqué de couverture médiatique, tu as relayé toutes nos actions depuis notre arrivée ! MERCI !! Des grosses bises du chiapas mexicain ! Fred et Katy Fenech Mets la Prise à l’Accordeur

Merci pour le message perso! Hélène Ferchaud

Bonjour Jacques, Ça fait déjà quelques jours qu’on m’a fait parvenir ton mail et j’ai encore du mal à y croire ! J’espère juste que nous continuerons à te voir de temps en temps, de toute façon tu sais bien que les portes du Centre te sont toujours ouvertes ! Je tenais à te remercier de ce bon travail que t’as fait. Tu m’as beaucoup aidé dans ma mission de promouvoir la visibilité du Centre. En restant toujours accessible et prêt à soutenir notre projet et je te suis très reconnaissante pour tout ça. Je te souhaite une très bonne continuation et j’espère que tu passeras de tant en tant prendre le café avec nous ou partager une Popotte avec nos adhérents !  A bientôt ! Marta Garrido Arcas  Culture et communication C  SC Portraits de familles

Bonjour jacques, Merci pour ton mot et surtout un grand merci à toi pour tout ce que tu as fait pour le centre et son rayonnement. A présent, nous t’attendons en tant que voisin pour prendre le café ; tous les vendredis matins à partir de 10 heures c’est la pause-café ici, animée par Sylvie, tu es donc le bienvenu pour participer au centre de manière différente. Je suis certaine que l’on se voit bientôt. Profite bien de ton été. A très vite, Marie-Neiges Lafon  Direction CSC Portraits de familles.

Merci pour tout Jacques depuis tant d’années…. Bonne retraite! Bises. Céline Loizeau et tout le tennis!!

Merci pour votre bienveillance et votre plume.  N’oubliez pas de suivre les événements en libournais, en tant que spectateur c’est bien aussi ! Bon vent !  Rosanne Coutaud pour Permanences de la littérature.    Permanences de la littérature  Chargée de production et de communication.

Merci à toi, et à bientôt !  Pascal Perault

Bonne retraite à toi !!! Thierry Buffetaud coordonateur jeunesse Cali

Ah ?!!! Eh bien tu vas me manquer… et passe quand tu veux. Tu n’es pas très loin… Une page qui se tourne pour toi, c’est comme une page qui se tourne pour moi aussi tant tes articles se sont égrenés au fil de l’évolution de la structure. Combien d’étés, combien de porte-ouvertes, de carnavals, de défilés d’Halloween auras-tu couverts, avec la gentillesse de mettre à chaque fois en avant notre démarche éducative et notre mobilisation auprès des petits  ! MERCI !!!!  Ta passion pour la commune  était communicative. Tu as su  valoriser avec ferveur l’ histoire, le patrimoine et les personnes qui font vivre socialement, culturellement, sportivement,  Saint-Denis-Pile. Et  pour cela, tu resteras une figure incontournable de la ville. Je t’embrasse fort et profite-bien de ta retraite, les pieds en éventail, le petit verre à la main. Frédérique Pastor ALSH maternel.

Bonne retraite de la part de toute la crèche la souris verte Audrey Jamain

Bonjour Jacques, Et bien, je tombe des nues… je ne m’attendais pas à cette nouvelle sachant que dans un de tes derniers mails, tu demandais ce que tu ferais sans moi après mon départ . J’espère que tes raisons sont simplement une lassitude, une envie de faire autre chose, de profiter de la vie…  Gros bisous. Marie-Claire Loumiet  Secrétariat du Maire

Encore Merci pour tout Jacques !!! C’était super de bosser avec toi à la mairie et de te voir couvrir tous ces événements :) ! De nombreux souvenirs…  Bonne continuation et profite de ta retraite bien méritée mais je suis sûre de te voir toujours aux manifestations de la commune.  Bien à toi . Justine Faure  Cabinet du Président du Smicval

5700 articles, 12 années à rédiger les chroniques de Saint Denis de Pile, à raconter, éclairer et valoriser les initiatives locales, à porter une attention aux différentes manifestations ainsi qu’à celles et ceux qui les portent. Il t’en a fallu du coeur et du savoir faire. Merci Jacques ! Fabienne Fonteneau

Tu as fait du bon boulot .tu peux être fier . Maintenant regarde devant et laisse le passé . Tu as encore beaucoup a faire,  des amis qui t aiment beaucoup, .même avec la distance qui nous sépare nous ne t’oublierons jamais Jacques. Bises Conchi Monzo

Bravo Jacques, mais je suis sur que tu continueras à faire de belles photos et à commenter l’actualité locale avec ta propre ligne éditoriale… Bises et à bientôt l’Ami . Gérard Ouldbabali

Merci Jacques Ferchaud pour ton travail et ta convivialité, forcément tu vas nous manquer, comme dit Gérard tu vas continuer à commenter l’actualité locale et plus encore… Merci, bises … Jean-Jacques Rambeau

C’est une retraite bien méritée qui se dessine devant toi….. alors surtout prends le bon et fais toi plaisir pour toi . Stéphanie Neau « ma championne du monde de ball-trap »!

Profite de la VIE. et encore merci pour tout ce que tu as fait. Tu étais franchement le meilleur ! Katy Ottan

Mince je ne savais pas et bien quoi te dire…. profites bien de cette retraite bien méritée. Marcelina Serre Tendero

Merci pour toutes ces années ou vous avez accompagné les Nulanthropes ! Frédéric Bonner

Merci pour ton engagement Jacques et bonne retraite à toi. Anne-Laure Sauffroy

 Dis moi pas que c’est vrai ! Stéphanie Boye-Ginibre

Salut Jacques. Merci pour ton travail généreux .Tu n’as manqué aucun événement MKP….gros boulot….je comprends que tu aies envie de passer à autre chose alors bonne suite et bien sûr à bientôt ! Des bises. Florence Loulier-Olivier

Bravo et merci. Freddy Rossignol

Bonne retraite, profites en bien. Merci pour tous les articles faits pour le club cycliste et le téléthon. Bises. Babeth Lagaspie

Jack , des bisous . Ghislaine Bourdelat

Merci Jacques Aurélie Fraikin

Je ne ferai pas de longues phrases, ça ne sert a rien, juste un mot pour te dire merci, et aussi que j’ai, mais tu le sais une collection des différents articles que tu as faits concernant St Denis encore merci a toi. Gérard Matagne

Bonsoir, j’apprends ton départ à la retraite, c’est un merveilleux à la liberté. J’ai bien aimé travailler avec toi, tu as su faire passer les messages avec toujours une grande élégance. Bonne retraite Henri VALLOT 

Merci jacques pour tout ces articles que tu as pu écrire pour mon club au cour de ces longues années, saint denis de pile va perdre un grand professionnel avec un grand un grand cœur  merci beaucoup Jacques. François Purgues

Jacques, émotion et joie pour vous de te savoir un peu au repos…..ravie que l’un de tes derniers articles se soit écrit dans ce lieu qui t’est cher….la boucle est bouclée .  Tu es êtes inscrit comme participant à notre œuvre collective et recevras la prochaine convocation non pour travailler mais pour t’amuser…..et permets moi de remercier ici un  » Grand Professionnel  et un homme de coeur qui demandent le repos …..bienvenue au club Jacques…..nous allons pouvoir boire un petit café et refaire le  » monde »….des bises.  Josyane Dufour

Merci Jacques pour tout ce que tu as fait pour les écoles de St Denis. Marc Lafaille

Les correspondants de presse, les grands reporters du quotidien…  Hervé Alloy

Merci pour ton implication et ton professionnalisme ! Merci pour tous ces reportages sur la vie dyonisienne qui a permis la découverte des activités, sites et personnalités se notre commune.
Bonne retraite ! et tu es toujours le bienvenu au cynodrome pour partager un moment et boire un pot . Bises de Patricia Moniot, Picarden

Qu est ce que j apprends petit cachotier que tu prenais ta retraite!!!! Et bien j en profite pour t’écrire que parfois on oublie de remercier les personnes qui rendent notre vie meilleure et plus heureuse. Parfois aussi on oublie de leur dire qu’ils sont une partie importante dans notre vie lors de nos rencontres, de repas. Et aujourd’hui est un autre jour et je te remercie pour tout cela et…d’avoir été toujours là dans la joie et ma bonne humeur. Tu vas me manquer mon Jacques Ferchaud. Bisous. Karine Poulain

Enfin, comme on dit : « Last but not least » .Bonjour Jacques, Jean-Charles Galiacy m’a annoncé hier que vous tirez votre révérence. Ce n’est plus à moi de le faire mais en tant qu’ancien directeur des éditions de la Gironde, je voulais vous adresser un petit signe de la main et vous remercier pour votre fidélité et votre loyauté à l’égard du journal. Vous avez fait tourner en bourrique pas mal de responsables et de secrétaires de rédaction mais jamais personne à Sud Ouest n’a douté de vos qualités humaines et du lien très fort qui vous unissait à ce journal dont je ne doute pas que vous continuerez à le lire avec cet esprit critique dont vous savez faire preuve. Je vous souhaite le meilleur.  Bien à vous. Benoît Lasserre Grand reporter.

 

Ogres11-13 037 image (1) 083 157a 02530 mai Le Prenom (3)013 004 027OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA 020

042012 024

062 053 049012 015

C’est un grand honneur que vous m’avez fait de perdre quelques minutes pour m’envoyer ces messages d’amitié: Sylvain Petijean et Jean-Charles Galiacy journalistes Sud-Ouest Libourne; Chrsitophe Vigier et Christine Heim, SO Bordeaux: Fred et Katy Fenech Mets la Prise à l’Accordeur; Hélène Ferchaud;  Marta Garrido Arcas  Culture et communication CSC Portraits de familles;  Marie-Neiges Lafon  Direction CSC Portraits de familles; . Céline Loizeau et tout le tennis; Rosanne Coutaud pour Permanences de la littérature; Pascal Perault;  Thierry Buffetaud coordonateur jeunesse Cali;. Frédérique Pastor ALSH maternel; Audrey Jamain;  Marie-Claire Loumiet  Secrétariat du Maire;  Justine Faure  Cabinet du Président du Smicval, Fabienne Fonteneau maire; Conchi Monzo;  Gérard Ouldbabali;  Jean-Jacques Rambeau;  Stéphanie Neau « ma championne du monde de ball-trap »;  Katy Ottan;  Marcelina Serre Tendero; Frédéric Bonner;  Anne-Laure Sauffroy;  Stéphanie Boye-Ginibre; Florence Loulier-Olivier;  Freddy Rossignol;  Michou BidouBabeth Lagaspie;  Ghislaine Bourdelat;  Aurélie Fraikin; Gérard Matagne;  Henri Vallot; François Purgues;  Josyane Dufour;  Alain Marois; Marie-Claude Roboly; Marc Lafaille; Les correspondants de presse, les grands reporters du quotidien…  Hervé Alloy;  Patricia Moniot, Picarden;  Karine Poulain; Benoît Lasserre Grand reporter.

 

( 24 juin, 2017 )

13 jours en juin

 

Mauzac-et-Grand-Castang_07texte PJdD

Allez, c’est cadeau. Levé de bonne heure avec ce temps bizarre pour la saison je vous offre un petit récap en image de ce qu’il s’est passé depuis la fin du festival MKP. Contrairement à la horde de Huns d’Attila, l’herbe a repoussé au parc malgré son envahissement  par des milliers de  festivaliers. Cette note est destinée à tous ceux qui n’achètent ni ne lisent le quotidien Sud-Ouest, quitte à ne pas être au courant des nombreux événements que vit notre ville. GRRRRR. Sur mon compte Facebook, Jacques Ferchaud je m’efforce de vous tenir un peu au courant malgré tout, et de manière entièrement gratuite et désintéressée. Voici donc quelques clichés sans commentaire.

pas d'eau

Plan de prévention de la canicule, s’adresser au CCAS

BR3r flo13 Sumsic Christelle Pétard

El Loco tour porte bien son nom !

013 016 021 040

Les livres ont pris un bol d’air à la bibli, ça peut pas leur faire de mal

imager 007 008 011 014 050 056 059

Les sportifs se sont « encore » fait remarquer !

003 007 011 (1) 012 040

On a fait la fête à la musique sur les quais de l’Isle

A suivre … bien sûr ! 

( 12 août, 2016 )

Ce que vous ne lirez pas dans votre quotidien

Bômale vu du cielPJD031r

Et oui, tout arrive, et j’ai dû attendre d’être si âgé pour que l’on me reproche de trop travailler. C’est ce qu’il m’arrive dans mon rôle de correspondant local de presse et je suis donc obligé de réduire le nombre de mes publications hebdomadaires pour laisser de la place, ou au moins un peu plus de place à mes collègues des communes du Libournais. Cela ne m’empêche pas de garder les yeux ouverts et même, si j’en ai envie, de me servir de ce blog pour vous prouver que je suis toujours là. Voici par exemple trois articles que j’avais préparés et que j’ai donc fait disparaître de ma corbeille au journal, afin de respecter les « consignes ».

La Cali peut soutenir les projets de restauration de l’habitat

Dans le cadre d’une opération d’envergure dénommée « habitat durable », la Cali, communauté d’agglo du Libournais aussi désignée « L’agglo rive droite de Bordeaux » peut apporter son aide et offrir des solutions dans le cadre d’un projet de rénovation de l’habitat. Qu’il s’agisse de réduction de la facture d’énergie et d’amélioration du confort, de la réalisation de travaux dans un logement dégradé ou insalubre, d’adaptation dudit logement à des situations particulières, telles un quelconque handicap, ou simplement des difficultés nées du vieillissement inévitable, il est également possible d’augmenter la performance énergétique du logement loin des normes et des possibilités actuelles. Un service spécial de la Cali permet de bénéficier  d’un conseil technique gratuit, neutre et objectif, d’un accompagnement pour définir le programme de travaux et son montage, d’une mise en relation avec des professionnels du bâtiment, d’aides financières quelles que soient les ressources du demandeur. Il suffit, afin de bénéficier d’un accompagnement personnalisé, de contacter un conseiller au 05 57 72 09 00, par mail à habitatdurable@lacali.fr ou de se connecter au site www.habitatdurable.lacali.fr. En ce qui concerne la ville de Saint-Denis-de-Pile, et en cas de nécessité, il est possible de retrouver tous les élus et leurs délégations sur le site internet de la ville , rubrique Vie municipale. http://www.mairie-saintdenisdepile.fr/ Jacques Ferchaud

Travaux divers_13 Travaux divers_15

Heureusement, toutes les solutions ne sont pas aussi radicales et on peut agir avec délicatesse

 001003

Oui, il est possible d’effectuer de gros travaux sans gêner personne.

Un collectif d’auteurs édite Liberté d’expression, un émouvant recueil

Jérôme Hurstel, auteur dyonisien de romans « Les Joyaux de Raïjan »» en 2013 et Shambhala, en 2015 (dont nous avons parlé dans ces colonnes), vient de participer à une œuvre collective, la publication d’un recueil de nouvelles « Liberté d’expression ». Celach O’Timmy, dit Frère Jaouen était un barde conteur franco irlandais, et fut l’initiateur de ce projet. Réfugié d’Ulster, il vivra en Bretagne où il rencontrera et épousera sa femme, avant de nous quitter en 2015. Suite aux événements du 7 janvier 2015, un groupement d’auteurs s’est formé pour l’écriture d’un recueil, désirant partager avec le plus grand nombre de lecteurs leurs nouvelles, poèmes et chansons sur la liberté d’expression. Ils sont les porteurs de mots pour dire librement les sentiments déchirants qui naissent lorsqu’un être humain oublie de respecter la vie, la pensée, le droit d’aimer en toute liberté. Sur le point d’être achevé, le recueil fut prolongé après les tristes et  terribles attentats de Paris du 13 novembre 2015. « Jamais on ne fera taire un écrivain ou un poète quand il chante Liberté! » Dans ce recueil, des textes écrits par Monique Guibert-Bécot, Vincent Langlais, Thérèse André-Abdelaziz, Jean-Marc Bourdet, Jérôme Hurstel, Françoise Bidois, entre autres, nous obligent à réfléchir sur les drames que nous vivons actuellement, dans cette drôle de Vie. Chaque texte a un titre bien à lui, comme « J’ose vous écrire, la vague, le vagabond, un âne pas si bête, sur les épaules (Jérôme Hurstel), journée ordinaire d’un gréviste de la faim. Liberté d’expression est disponible aux médiathèques de St-Denis-de-Pile et Libourne.

006 numérisation0140

 

 Jérôme Hurstel lors de la présentation de son dernier roman

L’avenue du Général-de-Gaulle devrait faire l’unanimité

La municipalité pourra organiser le défilé du 14 juillet sur l’avenue du Général-de-Gaulle, longue de huit cents mètres et, qui sait, faire concurrence aux Champs Elysées. Il faut dire qu’elle commence à avoir de l’allure, d’autant plus que ce mercredi 3 a été employé par la Colas à goudronner le tiers prévu pour cette première tranche. Celle-ci concerne la partie qui va du giratoire de l’avenue François-Mitterand (une affaire de Présidents de la république) jusqu’au carrefour avec la rue de la résidence de l’Isle. Il faut toujours rester prudent dans les affirmations mais il semble, d’après les services techniques de la ville,  que tout se passe parfaitement dans les temps, et qu’il faudra peut-être moins de semaines que le nombre prévu au départ, mais chut, il ne faut pas le dire pour ne pas porter la poisse.

007 052050

Avec ce soleil, le bitume prend vite

( 25 juillet, 2016 )

Alain Marois fait une courte escale avant de partir se refaire une santé

Bômale vu du cielPJD

 

smicag14 009_1

 

Alain Marois lors d’une AG du Smicval  Jacques Ferchaud archives

Dans l’édition du journal du 17, j’avais donné des nouvelles d’Alain Marois en publiant une note qu’il avait faite sur Facebook dans le but de rassurer famille et amis. Ayant eu le privilège et le plaisir de le rencontrer quelques minutes durant son bref passage chez lui, j’ai envoyé un article, « gentiment » refusé pour cause de doublon (…) Alors je vous l’offre. PS: il m’a chargé de remercier tous ceux qui lui ont manifesté leur amitié et leurs encouragements.

Même si Alain Marois a tendance à minimiser la gravité de son accident, dans le but de rassurer ses proches, les rares personnes qu’il a rencontrées ce vendredi 22 en fin d’après-midi pensent au contraire qu’il est plutôt un miraculé. Tout le monde sait que le vice-président du Conseil départemental et président du Smicval a fait une terrible « rencontre » avec un rocher lors d’un déplacement près de Brest, à Plougonvelin. Gravement blessé, le haut du front gauche pratiquement scalpé ayant entraîné 30 points de suture au niveau du front, une profonde cicatrice parcourt son front jusqu’à la base du nez, son œil droit commence seulement à s’ouvrir.

Courte escale à la maison

Rapatrié en véhicule sanitaire léger, c’est après un long trajet de sept cent trente km depuis le CHU de Brest qu’il est arrivé chez lui vers 19 h 30. Une partie de ses proches l’attendaient avec anxiété, mais ceux-ci furent vite rassurés, une fois habitués au nouveau visage, pas tant que cela d’ailleurs, aux couleurs de l’arc-en-ciel, le noir et le marron en plus. Car notre Dyonisien le plus connu a gardé son sens de l’humour et de l’auto dérision.

Un homme pressé, hyperactif et grand voyageur

Vice-président du Conseil départemental en chargé de l’éducation il n’est jamais aussi heureux que lorsqu’un nouveau projet de lycée, de collèges, ou d’amélioration d’écoles communales est mené à bien.  Président du Smicval, il prêche la bonne parole du Réseau Compost plus, au côté du club des entreprises bio plastiques, de la Fédération de la grande distribution, et de deux autres territoires Zéro gaspillage, Zéro déchet. Réseau Compost Plus a lancé une action de sensibilisation à la fin des sacs plastiques à usage unique au 1er janvier 2017. Le 29 juin, au Ministère de l’environnement de l’énergie et de la mer, il avait présenté son projet  à Ségolène Royal, mais aussi en France et à l’étranger.

Des vacances forcées… mais bienvenues.

Brigitte, la sœur d’Alain, l’attendait ce vendredi pour l’emmener se « refaire la cerise » noire (ils ne sont pas loin du Pays Basque) dans les Landes, le soir même afin d’éviter les bouchons du samedi. Brigitte a même concocté un programme de « soins intensifs »: « soins médicaux, découverte modérée d’un des 500 bars à bières, dégustation d’huîtres, moules à la plancha (à ma façon), pister les martins-pêcheurs avec le beau-frère (ton appareil photo est dans la liste..), peut-être des tapas en Espagne, de la musique ». Quoi qu’il en soit, le Dyonisien le plus célèbre et connu est bien obligé de prendre, enfin, de vraies vacances. Il déclarait dans un sourire: « Je verrai dans quelques semaines dans le regard de mes amis, si je dois passer par un épisode de chirurgie réparatrice, ou si je reste [en l'état]« . Pour l’heure pas de photo « avant, après », et quarante-cinq jours d’arrêt, pour commencer, a précisé le médecin.

 

( 13 juillet, 2016 )

Ce que vous ne lirez pas dans votre journal du jour

 

Bômale vu du cielPJD

Il arrive qu’un manque de place dans les colonnes du quotidien Sud-Ouest empêche la publication de certains de mes articles. Mais il est également possible que certains écrits puissent passer pour de la publicité déguisée et soient supprimés avant publication, ou que deux événements au même endroit soient considérés comme un doublon. Tout cela pour dire que c’est la cas de deux articles envoyés et non publiés que je vous livre quand-même sur mon blog personnel, et gratos.

Lluna GO2 LlunaGOGO3 GO4 GO5 GO6

Merci à Gérard Oulbabbali pour ces magnifiques photos (volées, mais pour la bonne cause !). Bômale, la belle endormie, se réveille

Début en fanfare pour la guinguette La Lluna

Ce vendredi soir les Dyonisiens étaient de sortie, peut-être faisait-il trop chaud à la maison. Il y avait cent cinquante personnes à la scène ouverte du centre socioculturel (lire par ailleurs), et ils furent deux cent cinquante environ à venir passer un moment dans le superbe parc de Bômale. Sandrine et Stéphane inauguraient la guinguette La Lluna, dans un cadre idéal pour se retrouver en famille et entre amis, d’autant plus que l’espace ne manque pas pour les enfants. Cette initiative privée, qui a pu voir le jour grâce à l’accord et l’aide de la municipalité, marque le début de la transformation voulu du parc en lieu protée, renforçant l’attractivité de la ville. Les fûts de boisson blonde ont permis de supporter la chaleur, ça cognait fort dans l’herbe. Jacques Ferchaud

DSC_1501 DSC_1501r

Photos … mouillées de Maud Sobole. C’est encore loin l’écurie ? Tais-toi et nage !

Un été à cheval pour tous aux écuries de la luzernière

Les Ecuries de la Luzernière proposent différentes activités équestres durant tout l’été, moments de détente ou de découverte en famille, dans un environnement accueillant. Les stages pour enfants permettent une immersion totale parmi ces merveilleux animaux, grâce à l’expérience d’un moniteur diplômé d’état. Avec un programme alléchant et rythmé, les enfants apprendront à nourrir un cheval et les différents gestes pour bien s’occuper de l’animal. Ils participeront à des jeux équestres, partiront faire une balade à poney ou en calèche au cœur de la forêt. La journée se terminera par la découverte de la  voltige à cheval. Ces journées sont ouvertes à tous les enfants à partir de trois ans licenciés ou non dans le club. Mais comme il va faire chaud, il ne faut pas oublier les baignades à cheval. La sensation est garantie  tous les mardis après-midi, sur réservation, en allant à cheval ou à poney découvrir les joies de la baignade en selle à cheval dans un lac spécialement équipé. Tous les jours, à partir de 17 heures, débutant ou confirmé, quand le soleil tape un peu moins fort, les leçons d’équitation reprendront le dessus. Toutes ces activités d’été permettent de tester l’intérêt réel de son enfant à monter à cheval avant s’engager dans ce sport pour toute l’année. Le club va même jusqu’à organiser une journée inoubliable, marquant un événement exceptionnel, un anniversaire, un enterrement vie de jeune fille ou une simple fête en famille. Les stages pour enfants: 1 journée, 45 €; ½ journée 30€; semaine de stage, 200€; baignade à cheval le mardi de 14 à 17 heures, 30€; leçon du soir à partir de 17 heures du lundi au vendredi, reprise cheval, 22 €, reprise poney, 18€; carte semaine avec cinq leçons, 60 €.  Réservation Maïten et Didier Martin, Ecuries de la luzernière,  70 route des Artigues-de-Lussac, 06 14 69 69 95. Jacques Ferchaud

 

( 19 juin, 2016 )

Il y avait du monde sur les quais pour la fête de la musique en ce dimanche ensoleillé, enfin !

 

Bômale vu du cielPJD

057

Quand la musique est bonne, les Dyonisiens prennent l’air. L’Accordeur et Mets la Prise, MKP, Portraits de familles et la municipalité ont organisé un bien sympathique événement pour la deuxième édition de la Fête de la musique, au bord de l’Isle. Rempart, Rock Cheapers, des DJ sets La Canopée et Mets la prise, ont bien animé les quais, et pas besoin d’aller s’enfermer à l’Accordeur, même si on y est très bien.

001 - Copie - Copie 002 - Copie - Copie 007 - Copie - Copie 011 - Copie - Copie 012 - Copie - Copie 013 - Copie - Copie 015 - Copie - Copie 016 - Copie - Copie 018 - Copie - Copie 020 - Copie - Copie 022 - Copie - Copie 025 - Copie - Copie 027 - Copie - Copie 030 - Copie - Copie 031 - Copie - Copie 035 - Copie - Copie 036 - Copie - Copie 037 - Copie - Copie 038 - Copie - Copie 039 - Copie - Copie 042 - Copie - Copie 043 - Copie - Copie 045 - Copie - Copie 046 - Copie - Copie 047 - Copie - Copie 048 - Copie - Copie 049 - Copie - Copie 055 - Copie - Copie 056 - Copie - Copie 060 - Copie - Copie 061 - Copie - Copie 065 - Copie - Copie 068 - Copie - Copie 069 - Copie - Copie070 072

Il nous faut juste un peu de soleil, c’est tellement mieux Photo Jacques Ferchaud

( 26 février, 2016 )

Petit rappel ou ma « Revue de presque »

sherlock_holmes_FotoSketchernumérisation0062Carole Grouhel

Le dictionnaire précise que la canopée est « l’étage sommital de la forêt tropicale humide, qui abrite la majorité des espèces y vivant ». À Saint-Denis, La Canopée, association organisatrice de la Garden Teton, événement qui se tient chaque année au mois d’août sur la commune de Bonzac, s’invite à L’Accordeur pour un vide-dressing (presque) printanier.

Rendez-vous est donné dimanche 6 mars pour une après-midi mode. Chiner, faire des bonnes affaires, se refaire une petite beauté et déguster un lait fraise sous les tropiques de Saint-Denis-de-Pile sera enfin possible !

Au menu : une dizaine de stands hommes, femmes et enfants avec des articles à prix tout doux (maximum 20 euros), un espace dédié à la beauté des ongles avec Lucie, prothésiste ongulaire de Bonzac et des DJ sets La Canopée avec Pierre Gewohnheit & Fatbroo. Pour l’occasion, la salle de musiques actuelles L’Accordeur revêtira sa peau sauvage avec une scénographie dont seule La Canopée a le secret, à base de matériaux naturels et de récupération. Tout au long de l’après-midi, l’association proposera boissons et gourmandises au bar.

Jacques Ferchaud

L’entrée est libre et gratuite. Pour obtenir plus de renseignements, contacter Chloë Marchand, secrétaire de l’association La Canopée au 06 86 07 62 60 ou envoyer un courriel à l’adresse : asso.la.canopee@gmail.com Article publié dans l’édition 20 A du quotidien Sud-Ouest du 25-02

 

12
Page Suivante »
|