( 16 juin, 2018 )

Jour 6 : Québec la fascination…. et le plaisir, continuent !

FeuilleJAFE7304

JAFE7275 JAFE7292 JAFE7299 JAFE7300 JAFE7305 JAFE7307 JAFE7309 JAFE7312 JAFE7314 JAFE7315 JAFE7317 JAFE7318 Québec-1-6-18_04 Québec-1-6-18_10 Québec-1-6-18_11 Québec-1-6-18_12 Québec-1-6-18_17 Québec-1-6-18_18 Québec-1-6-18_29 Québec-1-6-18_33

Des merveilles de la nature nous attendent à nouveau, c’est dingue, ce pays !  Après le p’tit dèj, direction Québéc !

© Amerigo: Visite guidée de Québec, la seule ville fortifiée d’Amérique du Nord. Vous découvrirez:

            Les plaines d’Abraham ou le parc des Champs-de-Bataille. C’est ici qu’en 1759 la France perdit son empire d’Amérique. Y sont édifiés les statues de Jeanne d’Arc et du Général de Gaulle.

            La Place Royale, un des plus anciens quartiers d’Amérique du Nord, Samuel de Champlain y construisit sa première cabane au Canada,

            Le château Frontenac (de style Renaissance française), qui est pour Québec ce que la Tour Eiffel est pour Paris: le symbole de la ville, qui se dresse au dessus du Saint- Laurent,

(> La vieille ville et ses remparts, construits au cours du 18ème siècle,
(> Le quartier du petit Champlain, aux ruelles tortueuses,

o La Place d’Armes ou encore Le Fort Britannique …

Québec_13

C’est … du sel pour l’hiver stocké sur des kilomètres

 

« La culture sous toutes ses formes

A la croisée des cultures européennes et américaines, Québec se découvre au rythme des balades. En flânant d’un quartier à un autre, on expérimente en quelques minutes changements de styles et voyages dans le temps.

Dans le Vieux-Québec, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, le dédale pittoresque de rues pavées semble forcément familier aux habitués des centres-villes européens. La culture locale est cependant partout : dans les boutiques d’artisans de la rue du Petit-Champlain, l’endroit idéal pour « magasiner », comme disent les Québécois, comme dans les nombreux vestiges de la riche et complexe histoire de Québec tels que Wendake.

Au cœur de la ville de Québec, cette réserve amérindienne et la reconstitution authentique d’un village huron offrent une plongée fascinante dans l’histoire, les mythes et le mode de vie des Hurons-Wendat, communauté fondée en 1697.

Le sens de la fête

A Québec, les festivals se succèdent tout l’été. A partir de la fête nationale de la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin, c’est Avignon, Aurillac et Rock en Seine réunis dans les rues de la capitale ! Les premières semaines de juillet, la musique envahit la ville à l’occasion du Festival d’été de Québec, l’une des plus grandes manifestations musicales d’Amérique du Nord. Durant onze jours, des centaines d’artistes se produisent sur la dizaine de scènes dispersées dans toute la ville.

Changement d’ambiance début août, avec les Fêtes de la Nouvelle-France qui proposent, à travers plus de 400 spectacles, animations et autres reconstitutions, un voyage dans le temps vers l’Amérique des XVIIe et XVIIIe siècle.

Gastronomie et micro-brasseries

Le sens de la fête des Québécois s’exprime dans les nombreux restaurants et bars de la capitale. Une fois que vous aurez goûté l’incontournable poutine, n’hésitez pas à faire une tournée gourmande à la rencontre des commerçants locaux et engagés du quartier Saint-Roch et de leurs créations culinaires.

Amateur de mousse ? Vous trouverez votre bonheur auprès des micro-brasseries artisanales locales, comme La Souche, dans le très branché Limoilou. Et pour prolonger la fête encore quelques heures, rendez-vous sur la Grande Allée pour bouger sur les derniers sons dans les clubs les plus stylés de la capitale.

Le plein d’aventure et de sensations fortes

On l’aura compris, la ville de Québec vaut à elle seule le détour. Mais sa position géographique en fait une base de départ idéale pour des activités en pleine nature et à sensations. L’occasion d’admirer deux des chutes d’eau les plus impressionnantes d’Amérique du Nord – la chute Montmorency, où une tyrolienne permet de survoler les 300 mètres de gouffre, et le vertigineux Canyon Sainte-Anne, à gravir en suivant la via ferrata pour un point de vue incroyable – ou de tester le vélo de montagne à la Vallée Bras-du-Nord.

Aventurier dans l’âme ? La province regorge de parcs nationaux. L’un d’entre eux, le Parc de la Jacques-Cartier est situé à 30 minutes de la ville de Québec. Randonnées, ballades en canot, observation de la faune… Ses nombreuses activités à pratiquer en famille, en couple ou en solo, permettent de découvrir l’étendue de la richesse de la région.

Pour en savoir plus sur les attraits incontournables de la ville de Québec et de sa région, ainsi que des suggestions de parcours, rendez-vous sur le site regiondequebec.com. A tantôt ! »

Le 10 avril 2018 à 10:14 •© Sophie Bernard

Dans la deuxième partie du 6e jour, je vous ferai découvrir les Chutes Montmorency et passer la soirée dans une cabane à sucre.

( 15 juin, 2018 )

Jour 5 : Montréal ville extraordinaire pleine de surprises à tous les coins de rue, et même en-dessous

 

FeuilleMontréal_39

Montréal est située sur une île de 500 km2″. délimitée par le Saint Laurent au sud et la rivière des Prairies au nord. La rue Saint Laurent coupe la ville en deux, autrefois frontières imaginaires qui séparait la bourgeoisie anglophone de l’ouest (quartiers résidentiels et d’affaires) et les quartiers francophones et les usines de l’est.

Nous n’avons pas manqué:

  • Le vieux Montréal, où se trouvent les plus anciennes maisons,
  • La Place d’Armes, où s’élève le Vieux Séminaire à l’architecture élégante, le plus
    ancien bâtiment de Montréal,La Basilique Notre Dame, de style gothique dont les vitraux retracent l’histoire 
    religieuse de Montréal et les principales étapes de la fondation de la ville 
  • Le parc du Mont Royal, dans le plus quartier branché de la ville (artistes, boutiques
    et objets farfelus)
  • La Place Jacques Cartier et le Vieux Port,
  •  Le Stade Olympique, site des jeux olympiques d’été de 1976 ,  le centre-ville et ses gratte-ciels aux lignes modernes …Fin du tour de ville au marché Jean Talon; où on retrouve des boutiques spécialisées offrant épices, huiles, fromages, viandes, desserts et produits du terroir québécois
  • Montréal_04 Montréal_05 Montréal_06 Montréal_07 Montréal_08 Montréal_09 Montréal_10 Montréal_13 Montréal_14 Montréal_15 Montréal_18 Montréal_20 Montréal_34 Montréal_35 Montréal_37 Montréal_41 Montréal_48 Montréal_51 Montréal_54 Montréal_67 Montréal_70 Montréal_73JAFE7266 JAFE7267
  • ©Montréal :
  • COMMENT EXPLORER LA VILLE SOUTERRAINE DE MONTRÉAL

    Underground city

    L’expression « ville souterraine » fait référence au vaste réseau de passages piétonniers sous les rues du centre-ville de Montréal. Au total, 32 kilomètres de couloirs relient le réseau du métro avec des hôtels, des magasins, des musées, des universités et des gratte-ciel. Le système — appelé RÉSO — est un équipement urbain important et les chiffres le prouvent : 500 000 personnes en moyenne y circulent quotidiennement.

    PLUS QU’UN MOYEN DE SE DÉPLACER

    Le concept d’un réseau souterrain de couloirs a vu le jour dès 1962 avec le centre commercial au rez-de-chaussée d’un bâtiment appelé Place Ville-Marie. Un passage intérieur a été aménagé pour relier ce centre commercial à la gare Centrale et à l’hôtel le Reine Élizabeth. Avec l’arrivée de l’Expo 67, le rêve d’un métro à Montréal s’est finalement concrétisé et la construction de liens souterrains entre les différents bâtiments du centre-ville s’est poursuivie. Au fil des ans, le métro est passé par plusieurs étapes de développement, et aujourd’hui, il maintient sa réputation d’être à la fois un moyen pratique de se déplacer dans la ville et une attraction touristique fascinante.

    RÉSO est plus qu’un moyen de se rendre du point A au point B, c’est une destination en soi. En le parcourant, vous pourrez voir un segment du mur de Berlin, un mur-vitrail consacré à l’histoire de la musique à Montréal et des centaines d’autres œuvres d’art. Pendant les mois d’hiver, une course de 5 K a lieu annuellement dans les couloirs. Vous serez surpris de ce que vous pourriez y découvrir.

( 15 juin, 2018 )

Jour 4 : Gananoque- Ottawa- Montréal (365 km)

 

 

FeuilleOttawa-31-5-18_02Ottawa-31-5-18_05

Après un petit déjeuner destiné à prendre quelques forces (oui, j’en ai encore)  c’est l’heure du départ pour OTTAWA, la capitale du Canada. C’est là que le Général de Gaulle a refusé d’aller en visite officielle en 1967, prenant un bateau pour feinter tout le monde, évitant cette ville, capitale trop britannique à son goût. Il décida de se rendre à Québec où il prononça son célèbre discours devant des milliers de spectateurs, laissant les membres du gouvernement abasourdis : « Vive le Canada, vive le Québec, vive le Québec… libre » qui devait marquer la fin de l’hégémonie anglaise.  (Vous retrouverez Québec dans une prochaine note)

À la fois ville des parlementaires et des diplomates, ville historique et artistique, Ottawa occupe un magnifique site sur la rive sud de la rivière Outaouais. Réputée pour sa qualité de vie, Ottawa est également considérée comme la plus bilingue des villes anglophones du Canada.

Depuis la Tour d’orientation de la ville d’Ottawa on découvre les plus beaux endroits de la ville:

  • LruWellington et ses bâtiments officiels,
    • La colline dParlement, regroupant le Parlement canadien et la Tour de la Paix, de style néo-gothique, est entourée de larges pelouses: c’est le centre stratégique de la ville et le lieu de rassemblement pour les fêtes du 1er juillet,
    • La promenade Sussex où l’on retrouve les résidences officielles du Premier Ministre et du Gouverneur Général, ainsi que quelques ambassades, Le canal Rideau traversant gracieusement la ville et ses écluses qui relient la rivière Outaouais,
    • Le Château Laurier et son architecture médiévale, le seul édifice d’inspiration française de la ville,
    • Byward Market: un marché en journée et un quartier animé dès la nuit tombée, il a conservé ses vieilles bâtisses. C’est également le coin des motards, fiers d’exposer leurs machines rutilantes aux passants

 

Ottawa-31-5-18_13 Ottawa-31-5-18_23 Ottawa-31-5-18_36 Ottawa-31-5-18_37 Ottawa-31-5-18_38 Ottawa-31-5-18_41 Ottawa-31-5-18_43 Ottawa-31-5-18_54 Ottawa-31-5-18_60 Ottawa-31-5-18_64 Ottawa-31-5-18_68 Ottawa-31-5-18_74

 

Route pour Montréal où un dîner de Smoked Meat, viande fumée spécialité montréalaise, attend les touristes que nous sommes.

Cette nuit, on dort  à l‘hôtel en centre-ville. Je suis mort, je ne suis pas sorti draguer, une tisane et au pieu

Montréal Montréal_02

( 15 juin, 2018 )

La région des Mille îles

FeuilleKingston-05-18_27

 

JOUR 3 :  KINGSTON  GANANOQUE (295 km,  3 H 30) . Toudorientation de Kingston, ancienne capitale du Canada. Les nombreux bâtiments du XIXe siècle en pierre calcaire rappellent son riche passé colonial britannique.

Kingston-05-18_33 Kingston-05-18_34 Kingston-05-18_41 Kingston-05-18_42 Kingston-05-18_48 Kingston-05-18_52 Kingston-05-18_56 Kingston-05-18_60 Kingston-05-18_61

 

Vivre libre ou mourir

Vivre libre ou mourir

Kingston-05-18_10 Kingston-05-18_14 Kingston-05-18_17 Kingston-05-18_20 Kingston-05-18_21 Kingston-05-18_22 Kingston-05-18_24 Kingston-05-18_42 Kingston-05-18_48 Kingston-05-18_52 Kingston-05-18_60 Kingston-05-18_61

Départ vers la région des MILLE-ÎLESCroisièrautour des îles (1 H).

Un millier d’îles et d’îlots datant de la période glaciaire parsèment, sur près de 80 km, le fleuve Saint-Laurent. Cette région nommée les Mille-Îles est très prisée des vacanciers qui depuis des décennies naviguent entre les îles du fleuve Saint-Laurent de part et d’autre de la frontière du Canada et des USA.                                       -

Pour faire une île, il faut en fait un arbre et 6 pieds carré de terre. Les maisons sont parfois plus grandes que l’île elle-même.

Le pied (symbole ’, ou encore ft, de l’anglais foot : « pied ») est une unité de longueur correspondant à la longueur d’un pied humain, c’est-à-dire un peu plus de trente centimètres. Cette unité est encore utilisée dans beaucoup de pays anglophones et d’anciennes colonies de l’Empire britannique. Un pied correspond à 1/3 de verge anglaise (yard), c’est-à-dire 0,3048 mètres ; il est divisé en 12 pouces.

Vendues par les indiens au gouvernement puis revendues pour quelques dollars, ces îles appartiennent désormais aux riches sénateurs et aux hauts fonctionnaires qui y installent
leurs résidences secondaires . Pour finir,  moment de détente à la {( Gananoque Brewing Company», pour une petite visite de cette brasserie de terroir agissant sur un modèle de développement local et durable.

Mille îles 05-18_04 Mille îles 05-18_05 Mille îles 05-18_09 Mille îles 05-18_11

Le proprio y a installé sa belle-mère afin qu'elle ... se repose !

Le proprio y a installé sa belle-mère afin qu’elle … se repose !

Mille îles 05-18_15 Mille îles 05-18_16 Mille îles 05-18_18 Mille îles 05-18_24 Mille îles 05-18_27 Mille îles 05-18_34 Mille îles 05-18_36 Mille îles 05-18_42

 

 

 

( 14 juin, 2018 )

Direction Toronto

Feuille

Toronto2018_75

Le programme proposé par © AmériGo ne manque pas de nous faire saliver.

Jour 2 :Le voyage continue, après Niagara Falls, direction Niagara on the lake par la route panoramique longeant la rivière Niagara. Cette charmante petite ville dont l’architecture du XIXe siècle est l’une des mieux conservée du pays, fut la première capitale du Haut-Canada. Nous allons découvrir ses charmantes demeures restaurées dans une ambiance très anglaise. La verdure des parcs fait de la ville un endroit très agréable et serein à visiter.

Toronto2018_18

J’ai retrouvé des lointains cousins de Sandrine de Bois Flotté, animatrice à RCM

Toronto2018_28

A l’amour éternel !

Toronto2018_23

Bande de potes en balade

Toronto2018_05Toronto2018_07 Toronto2018_09 Toronto2018_12 Toronto2018_21 Toronto2018_26 Toronto2018_27

Départ pour TORONTO.

Toronto est une ville dynamique et se veut {( la métropole la plus cosmopolite du globe ». La présence de nombreuses communautés d’origine étrangère donne un coup de fouet à la culture, à la cuisine et au rythme de la ville (quartiers ethniques). Des centres commerciaux et de récents buildings se sont implantés entre les rues fleuries, les parcs et les petites entreprises de la cité industrielle des années 1960.

Grâce à la Tour d’orientation de la Ville-Reine, on découvre :  les imposants gratte-ciel du cœur financier du Canada, le parlement ontarien et son charme très {( british »,  l’impressionnant SkyDome où évoluent de nombreuses équipes sportives, le Harbourfront, l’espace culturel de la ville créé par le gouvernement fédéral pour relancer le tourisme dans les années 1970, ()   La Tour du CN, haute de 553 mètres, l’emblème de la mégalopole .

Toronto2018_81

Ce portail avait été imaginé pour empêcher les vaches de rentrer dans le parc, on l’a conservé

Toronto2018_40 Toronto2018_44 Toronto2018_62 Toronto2018_64 Toronto2018_69 Toronto2018_77 Toronto2018_80 Toronto2018_82 Toronto2018_87

 

 

( 12 juin, 2018 )

Dans la vie on a besoin d’un guide, et d’un bon

Washington_289_1Montmorency_13Feuille

Comment découvrir les richesses et la beauté d’un pays sans un bon guide pour nous aider ? C’est impossible et c’est pour cette raison que je ne suis pas près d’oublier ce « maudit Québécois » de Marcel Legros (qui n’en manque pas, de sel)  qui nous a accompagnés durant ces 11 jours à travers le Canada et le Nord-Est des Etats Unis. Drôle, intéressant, passionnant, attentif, dragueur, malin, volontaire et râleur en douceur (il ne faut jamais marcher sur la queue d’un orignal), je n’imaginais même pas qu’un tel personnage pouvait exister, en vrai, un Canadien en plus, je rêve… et toc ! Après une première partie de reportage photo sur les bagnoles et camions américains et canadiens qui font rêver, (250 visiteurs sur mon blog ce mardi) je vous propose de continuer avec les chutes du Niagara et de Montmorency (plus hautes de 30 mètres mais moins imposantes). Je me suis régalé en prenant des clichés en pose longue, trimbalant mon trépied de plus de 2 kg dans ma valoche rien que pour ça (et pour payer l’amende de 100 dollars à l’embarquement de Washington pour cause d’excédent de poids, plus la fouille de mes bagages) . C’est parti, mettez vos impers, on y va, ça mouille ! Et notez bien, si vous partez au Canada avec Amerigo, c’est Marcel qu’il vous faut, l’homme qui parle à l’oreille des caribous et qui ne boit pas que du sirop d’érable, il se tient bien à table le mec !

Niagara Falls

Niagara-18_04 Niagara-18_10_1 Niagara-18_14_1 Niagara-18_15 Niagara-18_25 Niagara-18_27 Niagara-18_28 Niagara-18_34 Niagara-18_45 Niagara-18_52 Niagara-18_56 Niagara-18_60 Niagara-18_68 NiagaraD70_13

Chutes de Montmorency

Montmorency_02Montmorency_08 Montmorency_11 Montmorency_18 Montmorency_20 Montmorency_22 Montmorency_28

A bientôt pour la suite !

( 12 juin, 2018 )

Ma balade au Canada

Kingston-05-18_31 Washington_299_1Feuille

Dans une autre vie, dans les années 90, lorsque ma femme Chantal était encore bien vivante et que mes filles Anna et Sara aimaient encore leur papa (…) , nous avons fait de beaux voyages dans plusieurs pays. Ceux-ci restent autant d’excellents souvenirs, c’est souvent ce qu’il reste d’une vie parfois compliquée et heureusement, le reste, les périodes merdiques restent plus floues. Ouf ! Je n’avais donc pas quitté mon cocon depuis plus de 25 ans (oh p…..!) hormis une petite semaine à Marrakech en 2005 offerte par ma frangine Hélène et passée avec Bibi. Mes amis Fred et Cathy Fenech et leurs deux enfants ont fait leur Grand Huit durant sept mois je crois, une aventure formidable pour eux quatre, et ils nous ont envoyé durant ce périple des centaines de photos de leur Tour du monde accompagnées de magnifiques commentaires qui nous, qui m’ont fait baver d’envie. Je pars de temps en temps avec ma soeur, la seule femme qui ne me pose jamais le moindre problème en voyage, sauf un certain malaise vagal en plein milieu du célèbre marché couvert de Valence qui m’a bien filé les mongettes.  Je ne cherche bien sûr ni à copier « l’aventure » des renards du désert, ni à me la péter, mais simplement à vous faire partager des images d’endroits et de chemins beaucoup plus battus, mais qu’on connaît mal, la géographie n’étant pas mon fort, ni le votre peut-être.

Alors voila, après être allé discuter avec mon amie Véronique (un amour !) qui dirige l’agence de voyage du magasin Carrefour de Libourne, je me suis lancé et tant qu’à faire, je n’y suis pas allé avec le dos de la cuillère à sirop d’érable, réservant ma place il y a plusieurs mois pour le circuit : » Aux portes des Amériques, un combiné Canada-Usa de 13 jours et 11 nuits. Sur la brochure, on pouvait lire « programme soutenu »… Tu m’étonnes , je suis mort, aller-retour en Boeing 777 (heureusement qu’on n’a pas ramé pendant 6000 km 2 fois), 3000 km de bus et plus de 60 heures de marche en ville et en campagne, j’ai plus crapahuté en 11 jours que durant mes 20 dernières années. Et vous savez quoi, je ne regrette rien, ni les haltes fréquentes pour reposer une tendinite handicapante, des jambes gonflées comme des jambons, les efforts bien difficiles pour rattraper le groupe dans les rues de New-York, Montréal , Washington, entre autres, et bien au contraire.

La première réflexion qui me vient à l’esprit c’est qu’on a sacrément le melon en France, notre pays n’étant connu que des Européens, alors qu’on croit avoir inventé le fil à couper le beurre… salé. Ca fait du bien à l’ego de se rendre compte que nous sommes pas bien loin des hommes des cavernes par rapport à tout ce que j’ai vu durant ce voyage: la ville sous la ville de Montréal, les bâtiments extraordinaire de la capitale ( Washington, bien sûr, et pas New-York), les chutes du Niagara, entre autres merveilles. Je disais à mes amis du groupe que personne ne connaît la France aux USA, ils se sont foutus de ma gueule, jusqu’à ce qu’in chauffeur de taxi venu de Bengladesh n’affirme : « Ah, la France, London » ! No comment…ha, ha

Je vais donc imaginer quel albums photos où je vais regrouper mes émotions. Il me reste encore 1200 clichés après un premier tri, et un deuxième, je vais donc prendre un peu de temps et faire ça selon mon humeur, je suis certain de vous faire découvrir des trucs… enfin j’espère. Au programme à venir: Toronto, Niagara Falls, Kingston, Gananoque, Ottawa, Montréal, Québec, Boston, New-York, Philadelphie, et Washington, la capitale et la ville où Mickey est roi, oups, Donald, pardon .

Washington_295_1

Mon premier album concerne tous les véhicules qui me font rêver depuis mon enfance et qui confirment que plus c’est gros mieux c’est. Allez, champagne !

28-5-18avion_23 28-5-18avion_28 28-5-18avion_66 AVIOND70_05 Boston road_18 Boston_11 Ile Orléans_59 IMG_20180603_174112 IMG_20180603_174309 IMG_20180603_174806_1CS - Copie JAFE7300 - Copie Kingston-05-18 - Copie Kingston-05-18_29 Kingston-05-18_30 Kingston-05-18_31 Kingston-05-18_54 Mille îles 05-18_06 Mille îles 05-18_45 Mille îles 05-18_47 Montréal_50 New-York_14 New-York_54 New-York_68 New-York_100 New-York_101 New-York_102 New-York_128 Niagara-18_46 Philadelphie_26 Philadelphie_28 Philadelphie_43 Philadelphie_50 Philadelphie_52 Québec_29 Québec_30 Québec_33 Québec_34 Québec_83 Québec_84 Québec-1-6-18_02 Toronto2018_09 Toronto2018_26 Toronto2018_57 Toronto2018_80 Washington_16 Washington_26_1 Washington_28_1 Washington_50_1 Washington_52_1 Washington_97_1 Washington_132_1 Washington_146_1 Washington_147_1 Washington_161_1 Washington_202_1 Washington_204_1 Washington_206_1 Washington_243_1 Washington_283_1 Washington_296_1 Washington_297_1 Washington_299_1 Washington_313_1

 

 

( 19 avril, 2018 )

Ca bouge sur les quais de Libourne

Picture 42Picture 41

RCM-Culture et confiture sur Radio Cadence Musique. Mon nouveau job

Ayant un rendez-vous important ce matin au CICAS, j’ai mis des sous dans la tirelire de la ville, enfin, une des tirelires… J’ai payé pour 1 h 30 mais je suis resté 10 minutes. Comme je suis pas du genre à balancer mon argent dans le caniveau, je me suis demandé si ça serait pas intéressant d’aller faire un tour et des photos sur les quais, moi qui n’y vais jamais, juste pour voir, comme ça. Et je me suis entendu répondre : « En voila une idée qu’elle est bonne ! » Et un peu de marche en plus, c’est bon pour ce que j’ai. Alors je vous livre avec plaisir le fruit de mon coup d’oeil grâce au superbe temps de cette matinée du 19. En plus je suis passé me faire offrir un café par ma secrétaire préférée Nadine Albino, une des pièces maîtresses de l’agence Sud-Ouest de Libourne, en discutant un peu de la situation actuelle avec Sylvain Petitjean que j’ai retrouvés avec plaisir.

Libourne le19-4-18 Libourne le19-4-18_02 Libourne le19-4-18_03 Libourne le19-4-18_04 Libourne le19-4-18_05 Libourne le19-4-18_06 Libourne le19-4-18_07 Libourne le19-4-18_08 Libourne le19-4-18_09 Libourne le19-4-18_10 Libourne le19-4-18_11 Libourne le19-4-18_12 Libourne le19-4-18_13 Libourne le19-4-18_14 Libourne le19-4-18_15 Libourne le19-4-18_16 Libourne le19-4-18_17

 

( 3 avril, 2018 )

Merci maman, merci papa

 

colette Maurice Numériser0001Colette 1958

Quand nous sommes enfants et même bien plus tard on a souvent du retard à l’allumage mais le temps qui passe fait, qu’un jour, on se rend compte de ce que nos parents nous ont apporté. Ma maman née en 1925 sauta une classe et obtint ses deux bachots, comme on les appelait à l’époque, à 16 ans. Son intelligence rare l’a aussi bien servie que desservie durant les années précédant son décès en 1994. Elle était aussi formidable quand elle nous expliquait quelque chose, que « peau de vache » lorsqu’elle souffrait de certaines trahisons ou injustices de la vie. Elle appuyait là où ça fait mal avec une vivacité d’esprit qui nous laissait, ma soeur Hélène et moi, complètement « détruits » lors de certains grands moments inoubliables. Nous ne furent pas les seuls, petites-filles, petit-fils, beau-frère et belles-soeurs subirent parfois un traitement particulier dignes de « Merci pour ce moment », ce sale truc écrit par une femme en colère.

Comme les hommes violents ont souvent été battus dans leur enfance, (ah ça j’en ai pris des branlées qui me laissaient à moitié KO au fond de la douche, mais je les avais toujours méritées, n’ayant jamais trouvé autre chose pour que mon père m’aime et n’ait plus peur de s’occuper de moi, ma mère me passait du Synthol après l’embuscade) )  j’ai parfois reproduit ( je laisse ma frangine confirmer ou infirmer sa propre attitude) le même schéma avec mes filles, sans jamais les frapper et j’en suis fier, quel con j’ai pu être, c’est bien fait pour ma gueule si le pont est « un peu » coupé avec elles, elles ont aussi hérité de certaines « qualités »  de leur mamie…. Pour en revenir à ma mère, qui se prénommait Colette (est-ce un signe ?), avec ses deux bacs, elle se retrouva, par amour et comme elle le répétait souvent, coupant des côtelettes de porc ou de mouton, du pot au feu ou des tranches de jambon dans une petite boucherie charcuterie d’Arveyres. Elle qui rêvait de devenir prof, institutrice ou secrétaire médicale un peu plus tard, elle préféra suivre son Maurice de mari dans ses projets, et heureusement il n’en manquait pas. Avec son certificat d’étude pour « bagage » il se lança dans la conserve de pâté, de plats cuisinés, passant ses nuits à surveiller le four avant de se lancer dans l’aventure Jacquel  à saint-Denis-de-Pile, l’élan lui ayant été apporté par son père Marc, boucher, et l’invention de Frigidaire lui permettant de travailler la viande toute l’année. Comme si cela ne suffisait pas pour décrire l’homme, il débuta sa carrière avec une méningite, et en 1955, c’était déjà pas un cadeau. Marc fut maire de la commune pendant plus de vingt ans (je crois…) et son fils Maurice le devint à son tour en mars 1983. Il fut également président du Syndicat des salaisonniers de Gironde, puis juge au Tribunal de commerce, pas mal pour un mec qui a quitté l’école bien trop tôt. Le maire auquel il a succédé, dont je ne cite pas le nom par … complaisance lui écrivit une lettre assassine, dès son élection, dans laquelle il prévenait mon père qu’il ne supporterait pas le poids de ce poste et qu’il en mourrait. Ce fut hélas le cas, six mois plus tard, emporté par un cancer foudroyant la veille de Toussaint, ayant juste le temps de connaître ma seconde fille Sara, née en juin 83, qu’il passait voir tous les jours avant d’aller au boulot. Avec Anna, ma grande fille née en 1976, il eut le plaisir de lui faire un peu partager son amour des chevaux, quelques émouvantes photos de famille sont là pour le rappeler. Le jour de ses obsèques il y avait du « lourd », vu sa position sociale, et je peux dire qu’il y en avait des faux culs !

Revenons à Colette puisque c’est à elle que je tenais à m’adresser au début de cette note. Il nous arrivait parfois, à ma soeur et à moi, après lui avoir posé une question, de nous dire :« Zut, mais quel idiote (e), j’en ai pour une plombe ! » Car lorsque nous demandions l’heure à notre mère, elle se croyait obligée de nous expliquer comment marche une montre. Ses regrets de ne pas avoir pu poursuivre une carrière d’intellectuelle lui donnaient alors une formidable occasion de nous « faire la leçon », mais sans se la péter, essayant juste de ne rien oublier, c’était chiant mais aujourd’hui, je comprends combien c’était fort et beau. Car je suis devenu aussi chiant qu’elle au niveau de la culture et du bon français, correct tout au moins. J’ai passé douze années à écrire 5700 articles pour le journal Sud-Ouest en tant que correspondant local de Saint-Denis-de-Pile, y mettant toute ma passion, mon envie de bien faire et de faire de belles photos pour faire plaisir à mes patrons. Maintenant c’est avec Didier Poulain, directeur de RCM Radio Cadence Musique 99.2, que j’entame une énième  période de ma vie, la dernière je pense. C’est maintenant que j’ai besoin de rassembler tous mes souvenirs et tes leçons. Merci maman! J’ai essayé de transmettre tout ça à mes deux filles, et qui sait peut-être qu’un jour un de mes filles ou les deux diront à leur tour : « Merci papa.

Alors ne m’en veuillez pas trop, car quand j’essaye de vous aider de mon mieux, c’est souvent ma maman qui parle pour moi !

( 18 mars, 2018 )

#balancelesvieuxtrucsdetongrenier#viensmangeravecnous#allonsboireuncoup

048_1bomale-vu-du-cielpjd2

Ce dimanche 18 mars, j’étais sous la douche quand j’ai entendu quelqu’un m’appeler: j’ai cherché un moment, avec de la mousse à raser sur les joues et suivant la voix (Jeanne, au secours) je suis arrivé dans ma chambre. M’approchant de plus en plus de mon fauteuil la voix se faisait plus précise, et semblait provenir d’un de mes sacs photo. Ca disait: » Dis donc, patron, ça fait longtemps que tu n’as pas mis ton index sur mon déclencheur, faudrait peut-être que tu te bouges, t’es certainement rouillé ! » Incroyable, mon appareil photo qui ramenait son objectif, mais où va-t-on ?

La page Facebook de Ville de Saint-Denis-de-Pile m’avait alerté [Vide-Grenier] Le Comité des Fêtes organise un vide-grenier ce dimanche, de 10h à 18h à la Maison de l’Isle. Vous pourrez y retrouver, en outre des étalages d’objets, des jeux pour les enfants, une buvette et des balades à poney. 

Je me suis dit que puisque j’y étais contraint par mon meilleur ami, je ne pouvais faire autrement, et c’est bizarre toutes les personnes et amis rencontrés m’ont posé la même question : »Tu te remets à la photo ? » Ben non, je vais faire un tennis, ha, ha.

002_1001_1  003_1 004_1 005_1 006_1 007_1 008_1 009_1 010_1 011_1 012_1 013_1 014_1 015_1 016_1 017_1 018_1 019_1 020_1 021_1 022_1 023_1 024_1 025_1 026_1 028_1 029_1 031_1 032_1 033_1 034_1 035_1 036_1 037_1 038_1 039_1 040_1 042_1 043_1 044_1 045_1 046_1 047_1

 

12345...26
« Page Précédente  Page Suivante »
|