( 19 avril, 2018 )

Ca bouge sur les quais de Libourne

Picture 42Picture 41

RCM-Culture et confiture sur Radio Cadence Musique. Mon nouveau job

Ayant un rendez-vous important ce matin au CICAS, j’ai mis des sous dans la tirelire de la ville, enfin, une des tirelires… J’ai payé pour 1 h 30 mais je suis resté 10 minutes. Comme je suis pas du genre à balancer mon argent dans le caniveau, je me suis demandé si ça serait pas intéressant d’aller faire un tour et des photos sur les quais, moi qui n’y vais jamais, juste pour voir, comme ça. Et je me suis entendu répondre : « En voila une idée qu’elle est bonne ! » Et un peu de marche en plus, c’est bon pour ce que j’ai. Alors je vous livre avec plaisir le fruit de mon coup d’oeil grâce au superbe temps de cette matinée du 19. En plus je suis passé me faire offrir un café par ma secrétaire préférée Nadine Albino, une des pièces maîtresses de l’agence Sud-Ouest de Libourne, en discutant un peu de la situation actuelle avec Sylvain Petitjean que j’ai retrouvés avec plaisir.

Libourne le19-4-18 Libourne le19-4-18_02 Libourne le19-4-18_03 Libourne le19-4-18_04 Libourne le19-4-18_05 Libourne le19-4-18_06 Libourne le19-4-18_07 Libourne le19-4-18_08 Libourne le19-4-18_09 Libourne le19-4-18_10 Libourne le19-4-18_11 Libourne le19-4-18_12 Libourne le19-4-18_13 Libourne le19-4-18_14 Libourne le19-4-18_15 Libourne le19-4-18_16 Libourne le19-4-18_17

 

( 3 avril, 2018 )

Merci maman, merci papa

 

colette Maurice Numériser0001Colette 1958

Quand nous sommes enfants et même bien plus tard on a souvent du retard à l’allumage mais le temps qui passe fait, qu’un jour, on se rend compte de ce que nos parents nous ont apporté. Ma maman née en 1925 sauta une classe et obtint ses deux bachots, comme on les appelait à l’époque, à 16 ans. Son intelligence rare l’a aussi bien servie que desservie durant les années précédant son décès en 1994. Elle était aussi formidable quand elle nous expliquait quelque chose, que « peau de vache » lorsqu’elle souffrait de certaines trahisons ou injustices de la vie. Elle appuyait là où ça fait mal avec une vivacité d’esprit qui nous laissait, ma soeur Hélène et moi, complètement « détruits » lors de certains grands moments inoubliables. Nous ne furent pas les seuls, petites-filles, petit-fils, beau-frère et belles-soeurs subirent parfois un traitement particulier dignes de « Merci pour ce moment », ce sale truc écrit par une femme en colère.

Comme les hommes violents ont souvent été battus dans leur enfance, (ah ça j’en ai pris des branlées qui me laissaient à moitié KO au fond de la douche, mais je les avais toujours méritées, n’ayant jamais trouvé autre chose pour que mon père m’aime et n’ait plus peur de s’occuper de moi, ma mère me passait du Synthol après l’embuscade) )  j’ai parfois reproduit ( je laisse ma frangine confirmer ou infirmer sa propre attitude) le même schéma avec mes filles, sans jamais les frapper et j’en suis fier, quel con j’ai pu être, c’est bien fait pour ma gueule si le pont est « un peu » coupé avec elles, elles ont aussi hérité de certaines « qualités »  de leur mamie…. Pour en revenir à ma mère, qui se prénommait Colette (est-ce un signe ?), avec ses deux bacs, elle se retrouva, par amour et comme elle le répétait souvent, coupant des côtelettes de porc ou de mouton, du pot au feu ou des tranches de jambon dans une petite boucherie charcuterie d’Arveyres. Elle qui rêvait de devenir prof, institutrice ou secrétaire médicale un peu plus tard, elle préféra suivre son Maurice de mari dans ses projets, et heureusement il n’en manquait pas. Avec son certificat d’étude pour « bagage » il se lança dans la conserve de pâté, de plats cuisinés, passant ses nuits à surveiller le four avant de se lancer dans l’aventure Jacquel  à saint-Denis-de-Pile, l’élan lui ayant été apporté par son père Marc, boucher, et l’invention de Frigidaire lui permettant de travailler la viande toute l’année. Comme si cela ne suffisait pas pour décrire l’homme, il débuta sa carrière avec une méningite, et en 1955, c’était déjà pas un cadeau. Marc fut maire de la commune pendant plus de vingt ans (je crois…) et son fils Maurice le devint à son tour en mars 1983. Il fut également président du Syndicat des salaisonniers de Gironde, puis juge au Tribunal de commerce, pas mal pour un mec qui a quitté l’école bien trop tôt. Le maire auquel il a succédé, dont je ne cite pas le nom par … complaisance lui écrivit une lettre assassine, dès son élection, dans laquelle il prévenait mon père qu’il ne supporterait pas le poids de ce poste et qu’il en mourrait. Ce fut hélas le cas, six mois plus tard, emporté par un cancer foudroyant la veille de Toussaint, ayant juste le temps de connaître ma seconde fille Sara, née en juin 83, qu’il passait voir tous les jours avant d’aller au boulot. Avec Anna, ma grande fille née en 1976, il eut le plaisir de lui faire un peu partager son amour des chevaux, quelques émouvantes photos de famille sont là pour le rappeler. Le jour de ses obsèques il y avait du « lourd », vu sa position sociale, et je peux dire qu’il y en avait des faux culs !

Revenons à Colette puisque c’est à elle que je tenais à m’adresser au début de cette note. Il nous arrivait parfois, à ma soeur et à moi, après lui avoir posé une question, de nous dire :« Zut, mais quel idiote (e), j’en ai pour une plombe ! » Car lorsque nous demandions l’heure à notre mère, elle se croyait obligée de nous expliquer comment marche une montre. Ses regrets de ne pas avoir pu poursuivre une carrière d’intellectuelle lui donnaient alors une formidable occasion de nous « faire la leçon », mais sans se la péter, essayant juste de ne rien oublier, c’était chiant mais aujourd’hui, je comprends combien c’était fort et beau. Car je suis devenu aussi chiant qu’elle au niveau de la culture et du bon français, correct tout au moins. J’ai passé douze années à écrire 5700 articles pour le journal Sud-Ouest en tant que correspondant local de Saint-Denis-de-Pile, y mettant toute ma passion, mon envie de bien faire et de faire de belles photos pour faire plaisir à mes patrons. Maintenant c’est avec Didier Poulain, directeur de RCM Radio Cadence Musique 99.2, que j’entame une énième  période de ma vie, la dernière je pense. C’est maintenant que j’ai besoin de rassembler tous mes souvenirs et tes leçons. Merci maman! J’ai essayé de transmettre tout ça à mes deux filles, et qui sait peut-être qu’un jour un de mes filles ou les deux diront à leur tour : « Merci papa.

Alors ne m’en veuillez pas trop, car quand j’essaye de vous aider de mon mieux, c’est souvent ma maman qui parle pour moi !

( 8 mars, 2018 )

Le bateau de Greenpeace, l’Esperanza, est amarré à Bordeaux

056_1_1SO Greenpeace

Je suis plutôt heureux et fier que mon quotidien préféré publie ma photo !

Je n’avais jamais eu l’occasion ou la chance de me trouver près du pont Chaban Delmas sur la Garonne lorsque celui-ci était fermé, ou plutôt ouvert et levé. Heureusement mon quotidien préféré Sud-Ouest, pour lequel j’ai eu le plaisir d’être le correspondant local de Saint-Denis-de-Pile pendant 12 années (2005 à 2017) annonçait dans son édition du mercredi 9 mars le passage de l’Esperanza, le bateau de Greenpeace. Je n’allais pas laisser passer une si belle occasion, faisant d’une pierre plusieurs coups: me faire plaisir, essayer de prendre de belles photos, en effectuant ainsi un reportage original pour le site CARUSO33, toujours à l’affût d’événements et de trucs à voir dans notre beau département. Amélie de Caruso24 vient de rejoindre notre équipe mais elle est de Périgueux, née à Sarlat, où il n’y a pas encore de pont qui se lève… pour Danette, et les bateaux. Pourvu que Guigui et Nardo apprécient cet effort !

Donc voila un petit reportage photo sur ce mini événement de ce jeudi matin, c’est cadeau !

005_1 007_1 027_1 029_1 031_1 034_1 038_1 039_1 (2) 039_1 040_1 043_1011_1 049_1 053_1 056_1_1 065_1 066_1 074_1 077_1_1 080_1_1 081_1_1

( 3 janvier, 2018 )

Que d’eau, que d’eau !

023_1 076

Ce n’est pas marrant pour tout le monde surtout pour ceux qui habitent un peu trop près de la rivière sur les quais de l’Isle, lorsque la rivière déborde. Il est certain que si en été il est très agréable de bronzer sur sa terrasse (non, la photo ci-dessus n’a rien à voir…c’est juste pour mon plaisir) ) ou de boire un pot avec des amis sur les quais ou un bateau, c’est moins amusant quand il faut prendre une barque pour aller chercher son pain.  Ces inconvénients n’existent pas dans le centre des grandes villes mais il faut bien ça pour que la ville ne soit pas envahie de Parisiens à la retraite qui viennent manger le pain des campagnards (humour) et payer moins d’impôts locaux. Ce matin, les quais sont sous l’eau, bon, même si c’est chiant ça fait de belles images si on veut bien prendre le temps, ce que j’ai fait… pour vous, ce sont mes étrennes.

020_1 021_1 022_1  024_1 025_1 026_1 027_1003_1 007_1 010_1 014_1 016_1 017_1  019_1018_1

 

( 28 décembre, 2017 )

Une belle virée en Charente Maritime

1aaJF par GOVieuxFB273_1

Coucou les amis (s’il m’en reste…) Après de multiples reportages en Gironde, puis en Dordogne avec « les » Périgord noir, pourpre, vert et blanc pour mes amis et grands maîtres de Caruso33 et désormais Caruso24, je sors un peu des frontières et de ma zone de confort depuis quelques mois. Deux virées en Espagne avec ma frangine Hélène (on se fabrique des souvenirs … en attendant !), une tout seul dans le formidable Finistère, une balade au Pays Basque français et espagnol, je viens tout juste d’effecteur un pèlerinage sportif mais surtout affectif en Charente Maritime. Cela fait un moment que l’index qui pressait, il y a longtemps, la détente de mon fusil me démangeait, mais allez donc savoir pourquoi j’ai vécu tellement de moments formidables au stand de tir de Chatelaillon que quelque chose ou quelqu’un (en fait ils sont nombreux !) semblaient me conseiller d’éviter de passer. Quel andouille je suis ! Bien sûr que j’ai été heureux de retrouver la famille Szewc et Cueille, les ,  même si ça piquait un peu les yeux. Il faut dire que c’était jour de tempête et qu’on a pris du sable plein la gueule (voir photos plus loin).

J’ai donc, comme dab, regroupé mes photos par thème, en souhaitant vous faire partager ces endroits magnifiques. Si chacun d’en vous, fidèles ou infidèles visiteurs de mon blog, trouve une ou deux photos qui lui plaise, alors je n’aurais pas perdu mon temps. De toute façon, alea jacta est !

Bon c’est pas tout ça, on a du taf, et pour commencer, dans l’ordre d’apparition voici « l’Effet Mer »

008_1 024_1 026_1 027_1 029_1 032_1 035_1 038_1 039_1 043_1

Ne le répétez pas, j’ai failli perdre mon string dans la tempête de sable…

Bande de Szewc, va !

044_1 045_1 047_1 048_1 050_1 051_1 053_1 054_1 056_1

La Rochelle, mon porc d’attache…

057_1 060_1 070_1 074_1 091_1 105_1 131_1 138_1 141_1

Il est huîtres heures, monseigneur, c’est l’heure de compter pour remplir les bourriches

187_1 - Copie 188_1 - Copie 196_1 - Copie 199_1 - Copie 202_1 - Copie 204_1 - Copie

Les balayeurs sont plein d’balais, les carrelets sont en chantier (air connu)

148_1 161_1 164_1 167_1 172_1 184_1

Fouras , ToutenKanon

237_1 236_1 235_1  230_1 229_1 228_1231_1

Bien sûr, je ne peux par terminer la balade sans quelques clichés en pose longue, c’est en me servant de mon trépied que je le prends… mon pied, mais vous aviez compris

255_1 256_1 257_1 264_1 271_1 273_1 281_1 283_1

 

 

 

( 9 décembre, 2017 )

C’est la folie dans les rues et les magasins de Bordeaux à 2 semaines de Noël, suivez Caruso33 et moi, et moi, et moi

1aaJF par GOVieuxFB099_1

Ce samedi 9 décembre, l’envie m’a pris de faire un tour à Bordeaux pour voir si la ville bougeait à l’approche des fêtes. Hé, bien, la réponse est oui ! A 11 h 30, il ne restait des places qu’au parking souterrain de la Cité mondiale du vin,021_1

tous les autres étaient pleins. On pouvait entendre le bruit des tiroirs-caisses (9.80€ pour 3 heures…) des P géants pleins de bagnoles. Dans les rues, des milliers de personnes arpentaient la chaussée, la rue Sainte Catherine respirait comme à ses plus belles heures,

 047_1 053_1 054_1 057_1 058_1

le marché de Noël des allées Tourny sentait la saucisse grillée, le fromage fondu, le nougat et la bière.

061_1 062_1 063_1 064_1 065_1 066_1 067_1 068_1 069_1 070_1 071_1 072_1 073_1 074_1 075_1 076_1 077_1 078_1 079_1 080_1 081_1

Les Japonais et les Chinois (et moi, et moi, et moi) photographiaient les monuments de la ville et le tram

022_1 023_1 024_1 025_1 026_1 033_1 043_1 044_1 045_1 049_1 051_1 052_1 082_1 084_1 086_1 087_1 088_1 089_1 090_1

Un peu plus loin au marché des brocanteurs chacun marchandait comme si son repas du soir en dépendait.

092_1 093_1 094_1

Les restos étaient pleins, la queue s’allongeait devant le restaurant  » l’Entrecôte », personne ne semblait pressé de déjeuner et chacun prenait son mal en patience en se gelant quand-même les échalotes ».

047_1

Le pont Chaban brillait au soleil, la Garonne suivait son cours.

003_1 006_1 008_1 009_1 010_1 011_1 012_1 013_1

Soudain vers 15 h 30, la horde sauvage envahit les quais en vrombissant : des centaines de Père Noël à moto défilèrent dans le bruit et la fureur (relative) en distribuant des bonbons pour le plus grand bonheur des enfants… et des mamans.

095_1_1 099_1

Voila, c’est fini, c’était mon petit cadeau, j’espère qu’il vous a plu . Bonnes fêtes !

 

( 1 décembre, 2017 )

Un peu de douceur et de calme dans ce monde de brutes

1aaJF par GOVieuxFB035_1

Un certain verlaine avait compris et saisi la beauté de l’automne

« Les sanglots longs des violons de l’automne blessent mon coeur d’une langueur monotone.

Tout suffocant et blême, quand sonne l’heure, je me souviens des jours anciens et je pleure.

Et je m’en vais au vent mauvais qui m’emporte deçà, delà, pareil à la feuille morte. »

Venez découvrir le merveilleux arboretum de Picampeau paré de ses habits de saison, c’est fabuleux.

 

023_1 024_1 027_1 031_1 033_1 036_1r 039_1 040_1

( 23 novembre, 2017 )

Saint-Emilion’s black and white show

 

1aaJF par GOVieuxFB091_1

Ce jeudi 23 novembre, je me suis pris par la main et je me suis emmené me promener avec mon ami le plus fidèle, mon appareil photo. Le temps gris et maussade m’a donné envie de faire une série de photos en noir et blanc, pour voir ce que cela pouvait donner. C’est pas si mal, ça change un peu, d’autant plus que j’ai essayé de prendre des clichés inhabituels. Comme vous allez le constater j’ai eu pas mal de jolies surprises mais aussi d’autres infos incroyables comme les tarifs du Relais et Châteaux du centre-ville qui ferme, grâce à ces prix de milliardaires, les portes aux pauvres ploucs que nous sommes pour la plupart.

036_1 037_1 038_1 039_1 041_1 042_1 043_1 044_1 045_1 046_1 047_1 048_1 049_1 050_1 051_1 052_1108_1 109_1 110_1

Que la lumière et la couleur soient !

056 057_1 058059 060_1 061_1 062_1 063_1 066_1 067_1 068_1 069_1 070_1 071 072_1 073_1 074_1 077_1 078_1 090_1 091_1 092_1 093_1 094_1 095_1 096_1 097_1 098_1 103_1 105_1 107_1 111_1

 

Les vitrines … gourmandes, et sexy !

055_1 065_1 075 076

Comme disait mon père Maurice, c’est pas l’temps qui faut pour dépenser un billet d’mille, sauf que maintenant, ce sont des euros, ça pique. Et comme dit Chabal en parlant du rugby mondial, nous ne sommes pas invités !

100_1 101_1 102_1

 

Et hop, on the road again

012_1 014_1 015_1 016_1 017_1 018_1 021_1 022_1 023_1 024_1 025_1 028_1 029_1 030_1 031_1 032_1 034_1 036_1 

 

 

( 7 novembre, 2017 )

Un long week-end de 11 novembre pour l’Elan Dionysien Basket

bomale-vu-du-cielpjd2received_898248150330183

Le samedi 11 novembre ne sera pas férié pour les licenciés de l’EDB. Le président Frédéric ne veut pas mettre les deux pieds dans la même godasse et il va avoir du taf. Accrochez-vous: tout  commence avec les U9 de Laureline qui se déplacent pour un plateau au club Estuaire de la Gironde à  10 heures. Véro suivra de près, au niveau horaire, avec les U11 qui vont participer à leur premier plateau à  Libourne a 11 heures.  Puis, à 14 heures, ce sont les U13 de Nadia qui accueillent leurs homologues de Saint-André-de-Cubzac  pour le premier classico de la saison sur le parquet dyonisien.  A 13 h 30 Justine sera à la tête de sa troupe de l’entente U 17 Saint-Denis- Libourne à Artigues-près-Bordeaux.  A 19 heures  les U17 du président évolueront sur le parquet de st André de Cubzac pour un autre derby. Pour un samedi de commémoration, il sera bien rempli.

FB_IMG_1508494945281 received_531541143846939

Le dimanche, on remet une gerbe sur le week-end avec  les seniors filles qui  se déplacent  à Carbon-Blanc à 16 heures, et l’accueil y est souvent … chaud.  Les seniors garçons de  Romain reçoivent à 15 heures la redoutable équipe d’ Audenge-Biganos. Freddy compte sur la présence effective et bruyante d’un maximum de supporteurs pour pousser les équipes vers le panier.  Un début de saison un peu compliqué pour certaines équipes à poussé plusieurs clubs à s’entendre et se regrouper, tels Libourne, Coutras et Guîtres qui devrait permettre un meilleur niveau, plus homogène et plus solide.

Vous savez quoi ? Le président compte plus que jamais sur vous, mais vous avez l’habitude maintenant de le voir « pleurer » en début de saison. Il aime se faire plaindre et cajoler. Les élus sont les bienvenus, ils pourront constater que les subventions sont bien employées.

( 1 novembre, 2017 )

Variations de couleurs et de lumière sur le lac des Dagueys

1aaJF par GOVieuxFB020_1

Ce mercredi de la Toussaint (tous seins serait plus drôle…) j’ai fait une petite virée, oh pas bien loin, au lac des Dagueys. je tenais à poursuivre ma quête de photos en pose longue mais les beaux sites propices à cet exercice ne sont pas légion dans le coin. C’est balaud. Je me suis quand-même fait un petit plaisir, même si ce n’est qu’un enregistrant les clichés sur mon ordi que je peux les apprécier… ou pas. Ca oblige à s’appliquer en mettant toutes les chances de son côté et en évitant d’oublier un quelconque réglage… sinon, y’a plus qu’à tout effacer … revenir ou recommencer. Un peu têtu je ne lâcherais pas le « morceau » de toute façon, pas question d’abandonner.

Voici donc ce que ça donne, la lumière un peu « bizaroïdement étrangentale » (souvenir d’un prof de maths du lycée de Libourne), ne rendant pas tout à fait ce que j’espérais, mais bof, je ne suis qu’un amateur à peine éclairé…

001_1 002_1 004_1 007_1 013_1 015_1 019_1 020_1 024_1 025_1 027_1 028_1 030_1

Pendant ce temps un cyclo-cross était organisé sur le site sous l’égide de l’UFOLEP, je n’ai pas fait de photos des sportifs du dimanche (enfin presque), il allaient un peu trop vite, j’ai passé l’âge de faire du vélo et je n’ai pas voulu voler le pain du photographe de Sud-Ouest qui devait traîner dans les parages. J’ai pris les coulisses.

029_1 031_1 032_1 033_1

Ensuite nous sommes allés, (nous étions un, moi et moi), manger un morceau au Buffalo. J’en profite pour vous faire partager ce bout de .. menu, afin de vous permettre de faire les choses bien. Merci grand Buffalo !

Scan0003

12345...12
Page Suivante »
|