( 22 mai, 2019 )

Viva España et son réseau routier incomparable pratiquement gratuit partout

101_1

Mais comment les Espagnols ont-ils fait pour transformer un réseau routier pourri, pendant la dictature de Franco, en un véritable billard et quelques dizaines d’années. D’une année sur l’autre, de nouvelles autoroutes apparaissent, les travaux ne s’arrêtent jamais, même le dimanche, la seule précaution à prendre pendant des centaines de kilomètres est de faire attention aux milliers de camions qui circulent, en file indienne. Il faut dire qu’excepté vers Madrid et donc plutôt au nord ou vers Barcelone, les autoroutes sont gratuites ! Oui, oui, gratuites. Par exemple vers l’Extremadure, Badajoz et Caceres entre autres , on route des heures sans sortir la carte bleue, quel bonheur. Traverser ces immensités de paysages dignes du Far West sans qu’on nous oblige à raquer les travaux, c’est quand-même du domaine du rêve.

Zamora13 Zamora14 - Copie Zamora45 Zamora46 Zamora64Salamanque-Caceres Salamanque-Caceres_22 Salamanque-Caceres_23 Salamanque-Caceres_27 Salamanque-Caceres_28 Salamanque-Caceres_37 Salamanque-Caceres_39

Salamanque-Caceres_04 Faune2 Faune3 Faune5 Faune6 Faune8 Faune14091_1 092_1 093_1 096_1 CaceresàBadajoz CaceresàBadajoz_02 CaceresàBadajoz_05

On peut se demander si en France tout n’est pas fait pour décourager les touristes de voyager en voiture ou alors de dégoûter tout le monde en suçant leur portefeuille: péages (privés) honteux pour ceux qui bossent, tarifs prohibitifs du carburant (1.30 € le GO en Espagne...), prix des restaurants d’autoroutes, des produits dans les stations 2 fois plus chers qu’en grande surface parfois. Sans oublier que les stations sont très éloignées chez nous, comme si on imposait un certain nombre de kilomètres entre chacune pour gagner du fric sans risque. En Espagne, il y en a partout des stations, du même groupe, des concurrentes, chacun fixe son prix, et les restaurants sont excellents, et pas chers (parfois, le menu du jour est à 13€, avec la boisson…). Le rêve quoi.

Bad-Elvas_04 Bad-Elvas_11 Bad-Elvas_19 Bad-Elvas_27Vers Talavera_21 Vers Talavera_25 Vers Talavera_38 Vers Talavera_42 Vers Talavera_54 Vers Talavera_57

 

Puis, si on continue un peu sa route, on arrive au Portugal (moi, à Elvas), et tout change, la largeur des routes diminue de 10 mètres, on peut plus se croiser sans serrer les fesses sur les départementales, on sent que ce pays ne joue pas dans la même cour . Entre le profit à tout prix en France, la tristesse (non, non, pas la misère mais pas le bonheur non plus) du Portugal, l’Espagne malgré la crise de 2008 qui a causé des dizaines de suicides, ainsi que me l’expliquait un restaurateur, devient de plus en plus passionnante à visiter sans se ruiner. D’autant plus que les paradors, les monuments, les églises, entre autres ne demandent qu’à nous faire rêver en ouvrant grand leur porte. Et sans parler foot, ni toros !

Pas de commentaires à “ Viva España et son réseau routier incomparable pratiquement gratuit partout ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|